Etablir ses menus de la semaine

Parlons peu, mais parlons bien (en anglais, mais quand même) : c’est un life saver !    

Parlons peu, mais parlons bien (en anglais, mais quand même) : c’est un life saver ! 

 

Laissez de côté votre attirance pour le spontané raté, le plan de dernière minute qui ne vient jamais et PREVOYEZ. Ceci est valable pour tous les aspects de votre quotidien. Et aujourd’hui nous allons parler de vos menus.

L’idée est de s’installer confortablement, un crayon à la main, et de lister, pour tous les jours à venir, le contenu de vos assiettes.

A la maison, je ne note que les déjeuners et les diners, car les petits déjeuners et goûters sont plus routiniers.
Je commence toujours par les plats principaux et l’accompagnement. Ensuite j’inscris quelques entrées. Pas le dessert, sauf s’il est particulier, comme un gâteau, des glaces ou si c’est quelque chose qui doit impérativement être mangé, comme une mangue trop mûre par exemple. Sinon, c’est fruit ou yaourt, au choix dans le frigo.
En ce moment, je note aussi mes envies de cuisine, une ratatouille, un tian, ou un gâteau à la noix de coco.

menus_matrice_cheriberry.jpg

Concrètement, j’avoue que ça prend un peu de temps. Il faut avoir l’inspiration ou 2, 3 livres de cuisine sous la main. Moi je m’y mets le lundi matin et je me donne 1H30 à 2H pour les menus et les courses, dans le petit supermarché au coin de la rue, pour ne pas être tentée de jeter plein de "hors liste" dans mon panier. Je garde mes menus hebdomadaires précédents pour repiquer quelques idées et je feuillette un livre avec plein de photos. 

Je suis passée par différents outils : un tableau effaçable dans la cuisine, des matrices bricolées sur « Numbers » pour les mettre dans mon filofax et maintenant, les très belles matrices de Chériberry, dessinées par l’Atelier Licorne, et je les aimante sur mon kitchen board dans la cuisine.

menus_rempli_cheriberry.jpg

Mon premier leitmotiv pour me plier à cet exercice a été « Halte au gaspi ! ». J’en ai eu assez de jeter des yaourts par quatre, des steaks, ou de regarder pourrir les légumes du marché. Gachis écologique mais aussi et surtout gâchis économique… Selon mes estimations, le prix de mon cadis hebdo a baissé de 30%.

Ensuite, ça permet d’équilibrer les repas, de varier un peu les plaisirs et de prévoir un jour ou un soir de vraie cuisine (j’entends par là, une préparation un poil plus poussée que casser 2 oeufs dans une poêle et couper des tomates en salade…)

D’autres avantages en vrac : 

  • Faire les courses une fois par semaine, et point. (Versus, ce qui était mon cas, visiter au quotidien, tous les Carrefours, Franprix, Monop de Paris)
  • Pacifier la préparation des repas : pas besoin de penser dès 9H du matin au menu du soir, c’est écrit, on sait que tout est dans le frigo, et celui qui cuisine connait aussi le temps qui lui est nécéssaire pour mettre le repas sur la table.
  • Avoir toujours réponse à « Y a quoi pour le déjeuner ? » (C’est quoi l’histoire avec cette question, là ? Y a un âge où ça s'arrête ?)

Et vous ? Vous avez envie de vous y mettre ? Ou vous avez une autre méthode ? Partagez partagez ! #dontbeselfish, #organizeisparadise